Propriétés chimiques des gaz
28 janvier, 2018 @ 1:38 II

En 1928, quelques temps après la Première Guerre Mondiale et les premières utilisations des gaz lacrymogènes, Corson et Stoughton synthétisent un nouveau gaz nommé le gaz chimique CS, c’est-à-dire le Chlorobenzylidène Malonitrile, qui reprend les initiales de ces fondateurs. A l’état solide, ce gaz illustre la réaction entre le chlorobenzylidène et le Malontrile. D’autres gaz comme le Chloroacétophénone (CN) (plus toxique) ou le Dibenz[b,f][1,4]oxazepine (CR) sont aussi créés au XXème siècle et sont responsables d’irritation des muqueuses notamment.

cn cr cs

Les gaz CS, CR et CN utilisés encore aujourd’hui par les forces de l’ordre sont des gaz lacrymogènes mais aussi des agents lacrymogènes synthétiques. Qu’ils soient naturels ou chimiques,  leur action sur les glandes lacrymales est la même malgré leurs structures chimiques différentes. En effet, dans les deux cas, ils vont tous engendrer la production d’acide chlorhydrique au contact de l’eau se trouvant sur la cornée des yeux, et donc provoquer un écoulement de larmes.

Pour poursuivre, nous allons analyser les différentes formes sous lesquelles les agents lacrymogènes peuvent être dérivés. Ces agents sont présents dans des bombes lacrymogènes qui se déclinent en trois catégories distinctes: les gels, les sprays et les gaz. La bombe en gel est constituée d’éléments liquides comme de l’eau, du vinaigre ou encore du citron ainsi qu’un agent lacrymogène. Il se liquéfie immédiatement au contact de la peau et des muqueuses, ce qui lui permet de ne pas se déverser dans l’environnement. A la différence du Spray, le gel est  plus précis mais ne permet d’atteindre qu’une seule personne à la fois. Il est possible de produire soi-même une bombe lacrymogène sous forme de spray ou de gel en utilisant un agent lacrymogène naturel. Ces gaz, sous forme de poudre, sont combinés à une base pyrotechnique qui les fait se volatiliser sous forme d’un aérosol au contact de l’air frais. A l’état naturel, ils sont sous forme solide et au contact de l’eau, ils subissent une hydrolyse.

D’autre part, il existe également des bombes de poivre de cayenne, agent lacrymogène naturel. Il peut effectivement être présent dans des bombes lacrymogènes au poivre après avoir été séché ou bien écrasé. Ce piment est l’élément qui va produire les effets semblables aux gaz lacrymogènes sur la peau. De formule brute C18H27NO3, cette molécule membre de la famille de vanilloïdes, la capsaïcine, regroupe des composés irritants d’origine végétale responsables d’irritations et d’inflammations. Du coté de ses propriétés chimiques, la capsaïcine est composée de 18 atomes de carbone, de 27 atomes d’hydrogène, d’un atome d’azote et de trois atomes oxygènes, elle est visible sous la formule topologique ci-dessous :

 mol-capsaicine-semi-dvlp

-gazlacrymogene
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

Liangguizi |
Xutianyang |
Yaomingyi621gmailcom |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | TPE 2018
| Terre & Eau
| Biomimétisme TPE