Appareil lacrymal
28 janvier, 2018 @ 1:37 II

 

Pour continuer, nous allons nous pencher sur la réaction d’un agent ou d’un gaz lacrymogène sur les yeux. L’appareil affecté par ces substances est l’appareil lacrymal, qui interagit avec des substances. Nous allons voir tout d’abord les fonctions des glandes lacrymales puis leurs réactions.

Les glandes lacrymales sont situées au dessus de la paupière supérieure, tandis que le sac, la canalicule et le conduit lacrymal sont situés quand à eux le long des sinus reliant le coin interne de l’œil.

Copie de Copie de larme p545

L’appareil lacrymal correspond aux organes qui permettent la sécrétion et l’excrétion du liquide lacrymal, c’est à dire la production et l’évacuation des larmes.

  • Il y a tout d’abord l’appareil lacrymal sécréteur qui comprend notamment la glande lacrymale principale, formée en grappe, située en dessous de l’arcade sourcilière, dont la fonction est la production des larmes.  Les glandes lacrymales accessoires forment le film lacrymal, elles sont microscopiques et jouent le rôle de nourrir et recouvrir la cornée.
  • Puis suit l’appareil excréteur comprenant les points lacrymaux situés au bord de la paupière sont des petits orifices. Les canalicules lacrymals sont eux situés dans l’angle interne et sont reliés au sac lacrymal qui est un réservoir stockant une partie des larmes. Ces trois appareils permettent l’évacuation des larmes.

            L’organe le plus important du système lacrymal est la glande principale: elle est composée de deux portions distinctes possédant chacune des canaux excréteurs, la portion orbitaire et palpébrale. Elle assure la production des différentes larmes et fait partie de l’appareil lacrymal dit sécréteur. D’autres glandes font aussi partie de cette portion de l’appareil lacrymal : on les appelle les glandes accessoires. Elles sont microscopiques, de positions variées et séparées en trois catégories : les glandes à sécrétion séreuse, qui ressemblent à la glande principale, les glandes à mucus, appelées « cellule à mucus » ainsi que les glandes de l’appareil cilié, ou glandes sudoripares et sébacées.

Les larmes sont très importantes pour que l’œil fonctionne correctement puisque le manque d’hydratation altère la transparence de la cornée, et donc la vision. La cornée est la principale lentille de l’œil.

Il existe trois catégories de larmes : les lubrifiantes, les émotionnelles et les réflexes. Ce sont ces dernières qui sont produites lors d’un contact avec un agent lacrymogène.

Lorsqu’une menace apparente est détectée, le système lacrymal envoie un message d’alerte au cerveau qui va engendrer une production de larmes. Celle-ci, grâce à ses propriétés antiseptiques, a pour but de détruire les microbes et dont les bactéries. Les larmes sont contrôlées par le système nerveux, qui se compose des systèmes sympathique et parasympathique. Il contrôle également le centre d’assimilation et de traitement des données. La fonction du système sympathique est de préparer le corps à réagir face à un danger, à un élément perturbateur. Quand au système parasympathique, il commande l’inconscient du corps humain. Dès que l’œil est attaqué par un agent lacrymogène c’est le système parasympathique qui provoque un larmoiement pour minimiser l’irritation. Les glandes lacrymales se contractent grâce au nerf facial.

schema

Malheureusement, le système lacrymal n’est pas parfait. Effectivement, c’est le liquide lacrymal qui réagit avec les agents lacrymogènes afin de créer l’élément chimique qui irrite les muqueuses. La forte production de liquide lacrymal ne fait qu’entretenir le cycle de production des larmes et de l’élément irritant.

Le film lacrymal est le nom donné à une pellicule de larmes qui recouvre la cornée et le sclérotique (blanc de l’oeil), c’est-à-dire les parties de l’œil en contact avec l’extérieur. Il sert à les lubrifier et à les protéger des microbes grâce au réflexe de clignement des yeux qui permet l’étalement des larmes. Ce film sécrété par la glande lacrymale principale permet par la même occasion l’oxygénation de la cornée.

Les larmes sont rejetées grâce aux ductules lacrymaux, minuscules canaux sous la glande principale, en passant par la conjonctive (muqueuse tapissant l’intérieur des paupières). Sous l’effet d’un agent lacrymogène, les glandes lacrymales produisent une quantité trop importante de larmes. Celles ci se retrouvent alors excrétées grâce aux canalicules lacrymaux supérieurs et inférieurs, situés dans le coin intérieur de l’œil. Ensuite le liquide lacrymal rejoint le sac lacrymal qui ne peut contenir qu’une quantité limitée de liquide. Le surplus s’écoule le long du canal lacrymo-nasal et est recueilli dans la fosse nasale ce qui explique une hyper-sécrétion nasale lors de pleurs intensifs.

 

 

-gazlacrymogene
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

Liangguizi |
Xutianyang |
Yaomingyi621gmailcom |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | TPE 2018
| Terre & Eau
| Biomimétisme TPE